• Sea, sex, drugs et réussite! Star du X dans « Body double » (disponible en cassette et laserdisc chez GCR), secrétaire ambitieuse dans « Working girl» (également en laser chez Fox Vidéo) ou victime d'un mauvais payeur psychopathe dans «Fenêtre sur Pacifique », qui sort ces joursci à la location chez Fox Vidéo, Melanie Griffith joue, se fourvoie et gagne sa vie comme sa carrière. Etrange trajectoire que celle de cette femme, qui mène en parallèle son amour du plaisir et son talent de comédienne. PortraitPolaroid d'une actrice détonante.

    Avant de lire la suite de cet interview, je vous invite à réaliser un transfert de vos cassettes vidéos sur DVD afin de les conserver bien plus longtemps.

    maintenant? — Oh, je vais repeindre ma résidence secondaire et me remettre à jouer au golf!» Par sa fausse nonchalance et son cynisme latent, cette réplique de «Working girl», prononcée par Tess, pourrait, à elle seule, résumer les affres et les angoisses de l'interprète du rôle, Melanie Griffith. Elle vient d'être virée de son job d'obscure secrétaire pour abus de pouvoir et «délit d'ingérence», selon ses pairs. La belle Melanie. radicale dans ses passions, épouse, tel un taureau, ce qui lui saute à la vie. Son parcours chaotique ressemble réellement à un
    voyage au bout de l'enfer. Mais vers quelle rédemption? Pour le savoir, il convient de revenir quelques années en arrière...
    Melanie Griffith naît à New York le 9 août 1957. Sa mère, la comédienne Tippi Hedren, dont la blondeur glaciale et hiératique avait séduit Hitchcock — souvenonsnous des «Oiseaux» et de «Pas de printemps pour Mamie» — l'emmène vite dans son ranch où la jeunette s'ébroue au milieu des bêtes sauvages de toutes sortes. Son enfance décalée, à michemin entre «Vivre libre» et «Daktari» ne la prépare pas vraiment à la vie d'adulte.


    En 1986, Jonathan Demme, le futur réalisateur du «Silence des agneaux», lui offre le rôle de Lulu dans «Dangereuse sous tous rapports». En interprétant avec subtilité ce personnage ambigu, tour à tour excentrique et grave, de femme insoumise à double personnalité, elle prouve que son registre est davantage étendu que d'aucuns le prétendaient. Dès lors, les producteurs et le ToutHollywood la considèrent avec un oeil
    neuf, d'autant que sa vie privée se fait moins tapageuse. Elle acquiert une maturité dans son existence comme dans ses rôles. Après avoir interprété la femme d'un propriétaire terrien dans «Milagro», de RobertRedford, elle trouve son «real way» dans le fantastique «Working girl» réalisé par Mike Nichols. Elle confiait à notre collaboratrice Katryn Malvaes, dans Vidéo 7 de mars 1989: «C'est réellement mon film favori. Mike Nichols a changé ma vie
    parce qu'il m'a appris beaucoup de choses. Je suis fière du rôle de Tess...» Cette petite secrétaire noyée au milieu d'un pool pas vraiment performant est dévorée d'ambition. Elle refuse le machisme ambiant et change de patron avec une régularité confondante. Jusqu'au jour où elle devient la secrétaire pafficulière de Miss Parker (Sigourney Weaver) qui, à la suite d'un accident de ski, lui confie ses fonctions. C'est le début d'une ascension...


    votre commentaire
  • Votre Tour 90/91 s à la fin du mois E près d'un an. êtes ce e_ mène de société ». N'avezvous pas peur que tout s'arrête?
    Si, bien siir. Quand on a connu des moments aussi intenses, on a toujours peur qu'ils ne se reproduisent pas_ Le premier concert était le 4 octobre. On s'est arrêté le 23 décembre et on a repris depuis avril, sans arrêt. Dans le plus doux des rêves, je n'aurais jamais pu imaginer le quart de ce qui s'est passé... Je crois que j'ai vraiment chopé une drogue. Pas trop fatigué après une si longue tournée?
    Ça va, je dors beaucoup, je ne fume pas et je fais du sport. Hier encore, avec l'équipe, on a battu un club de foot d'Ajaccio. Et je peux vous dire que battre des Corses sur leur terrain, c'est un exploit! La vie parisienne ne vous manque pas trop? Vous ne passez plus la plupart de votre temps dans les boîtes de nuit?
    Je n'ai jamais vraiment hanté ces endroits... Parfois il m'arrive de fréquenter certains bars de nuit ou de rester tard dans un restaurant avec des potes mais les boîtes ne m'attirent guère. Ce qui peut m'intéresser la nuit, c'est de discuter avec des gens et de profiter du fait qu'ils se découvrent plus facilement à ce momentlà...
    Vous aviez vraiment prévu de faire de la scène en écrivant l'album?
    J'ai toujours écrit mes chansons pour la scène. C'est d'ailleurs pour cela qu'elles fonctionnent bien. En revanche, les enregistrements en studio me prennent un peu la tête... Vous considérezvous comme un chanteur «rock»?
    Le rock, c'est une attitude, une façon de vivre, d'appréhender les choses et les autres. Ce n'est pas une apparence physique, ni une guitare saturée... C'est vrai que j'ai toujours été influencé par la musique de Jim Morrison, Eric Clapton, U2 ou des Rolling Stones. Jusqu'à maintenant, ce n'est' pas toujours ce que j'ai fait, mais je crois que je me dririge de plus en plus vers ce registre. Je préfère laisser les autres dire que je suis un chanteur «rock» s'ils en ont envie. Je ne le revendique pas, mais je ne le nie pas non plus. Peutêtre, mais vous n'avez jamais galéré comme beaucoup d'autres chanteurs dans des groupes de rock pendant des années...
    Non, mais comme tout le monde, j'ai «gratté» ma musique dans des bals, des orchestres, des boums et des soirées de lycée... Après, j'ai fait du cinéma et un disque qui a marché, alors, forcément, les gens viennent vous voir! La première fois que j'ai fait de la scène (L'Olympia, en 1987 NDLR), quatre ou cinq cents personnes venaient m'applaudir tous les soirs. Aujourd'hui, me 'retrouver devant 10.000 personnes à chaque concert est un cadeau du ciel. Mais le nombre de spectateurs n'a rien changé... Tout à l'heure, une dizaine de fans assistaient aux répétitions et je me donnais autant. C'est tout simplement l'envie d'être sur scène, de jouer de la musique... ... et aussi de plaire en permanence...
    Non. Je m'en fous complètement de plaire à tout le monde. J'essaye toujours d'être en accord avec moimême. Quand je ne res sens pas d'animosités, d'agressivité ou de mauvaises intentions, je n'ai pas de raisons de faire la gueule, mais quand on me gonfle ou qu'on vient me chercher, je ne me gêne pas pour réagir... Qui vous a donné envie de chanter?
    Les Rolling Stones, en 1973, à Bruxelles Michel Sardou, en 1975, à L'Olympia ; Serge Fieggiani, 1971 à Bobino.
    Et la Ferrari est au garage...
    Non, je suis pas un mordu des belles bagnoles. Pour l'appartement, j'ai dû précipité un peu les choses à cause d'un journal irrespectueux qui a eu la bonne idée de publier Mon adresse personnelle... Le jour même, les pèlerinages commençaient... Une pléiade d'avocats surveille tout ce qui se dit Sur VOUS...
    Non, un seul. Je l'ai rencontré en juillet et il va essayer de me défendre quand il y a un problème. Ce n'est pas toujours facile, mais il ne faut pas se plaindre. Nos voisins européens ont bien plus fort à faire que nous! J'espère seulement que l'ouverture des frontières en 1993 ne favorisera pas trop l'implantation en France de journaux sans scrupules... D'une manière générale, vous entretenez de bons rapports avec la presse... A quelques exceptions près, oui. Ce qui m'énerve, c'est de lire des trucs inventés de toutes pièces par certains journaux. Sinon, je dois avouer que je n'ai pas à me plaindre. J'ai
    été très flatté de me retrouver récemment à la Une de Elle ou de Vogue Homme. C'est un peu de la fierté de dire ça, mais... On parle de «phénomène», de « Bruelmania »... Vous n'avez pas un peu peur de devenir égocentrique
    C'est difficile de ne pas être égocentrique quand on parle de soi 24h sur 24. Ce qu'il faut éviter, c'est de penser qu'on est le centre du monde. Même si ce n'est pas toujours facile de garder la tête froide... Vous arrivetil d'éprouver de l'admiration pour quelqu'un ?
    Je serais incapable de vous répondre par un nom, mais j'ai beaucoup de respect pour les infirmières. Leur dévouement exceptionnel m'a toujours épaté. Quel comique vous fait le plus craquer?
    Michel Boujenah ! C'est un mec formidable qui me touche énormément. Il me fait hurler de rire à chaque fois qu'on se voit! Que pensezvous des rumeurs qui circulent à propos de certaines vedettes du showbiz?
    Vous pensez à qui? Un chanteur canadien qui est dans la même maison de disques que vous...
    Je trouve ça dégueulasse et ridicule. Sa vie privée ne regarde personne... Roch Voisine qui plaît à beaucoup de gens, vient de connaître une ascension fulgurante et n'a tué personne! Alors il faut le laisser tranquille. Les bâtons dans les roues que certains tentent de lui mettre ne sont pas des bâtons honnêtes. C'est complètement con... Actuellement, vous dormez tout seul dans vos chambres d'hôtel?
    Je suis plutôt discret de ce côtélà. La vie privée des autres ne m'intéresse pas et je considère que la mienne ne regarde que moil La seule chose que je peux vous dire, c'est que je recherche plutôt une mère, aujourd'hui. J'aimerais bien être papa! Je me suis toujours demandé comment un personnage public pouvait choisir un ami ou une femme en étant sûr qu'elle ne l'aime pas seulement pour son nom...
    Je ne sais pas pour les autres, mais moi, c'est ma mère qui m'a donné la faculté de réussir très vite à savoir ce qui se cache dehère les gens_ Le fait d'être connu ne fait qu'accélérer le processus_ Je rencontre les gens plus vite. on sympathise plus rapidement.. mais la séparation est aussi plus soudaine. En amitié, comme en amour. La relation n'estelle pas faussée dès le départ? C'est à moi de ne pas la fausser. Les gens me proposent quelque chose, et j'en dispose. Ce n'est pas le contraire... Avant, vous aviez du charme... Aujourd'hui, il agit toujours?
    Il faut être honnête, depuis que j'ai 14 ans, je n'ai jamais eu de problèmes de ce côtélà. J'ai toujours été très entouré de filles. La seule chose qui change aujourd'hui, c'est que toutes les femmes me regardent! Elles sont séduites, certes, mais pas conquises pour autant! Après, il faut être à la hauteur de ce qu'elles attendent. Ce qui n'est pas toujours une mince «affaire»! On compare votre popularité à celle de «Johnnyl'idole » et il paraît que vous ne l'avez jamais rencontré autrement que « pété »...
    Qu'on me compare à lui, c'est plutôt flatteur, mais qu'une journaliste, en l'occurence de Libération, se mette de transformer mes propos, de faire de la peine à l'intéressé et donc de me. prendre ._.00ur _.un con, ce n'est pas très sympa. Je le vois très souvent, j'ai beaucoup d'admiration pour lui et je lui ai écrit trois chansons... Je n'arrive pas à comprendre pourquoi, ce typelà suscite autant de conneries et de méchancetés. Les journalistes sont peutêtre un peu trop exigeants avec les vedettes. Vous n'avez pas peur de participer à une émission comme «7 sur 7» (c'est lui qui ouvre la saison 91/92 de l'émission)?
    J'ai l'impression ,que c'est une émission très importante. Jusqu'à présent, j'avais toujours décliné les invitations d'Anne Sinclair, mais c'est une femme si extraordinaire qu'on ne peut rien lui refuser... Vous pensez avoir un avis à donner sur tout?
    Non, mais pour certains trucs, je ne peux pas fermer ma gueule. J'aimerais être capable de faire une revue d'actualité comme sait si bien le faire Guy Bedos dans ses spectacles... Vous possédez une arme redoutable entre les mains...
    J'en use, sans en abuser... C'est une grosse responsabilité. Je suis devenu, malgré moi, le porteparole de toute une généra: tion assez influençable. ‘vMPjejje,,eevai3ei.,93'iliniin terdire de donner mon avis pour autant, quand j'en ai envie... Si en, parlant des problèmes de drogue, par exemple, je peux convaincre un seul mec d'arrêter, je ne vois pas pourquoi j'hésiterais.. Il yous est déjà bien arrivé de mettre le nez dedans... J'ai eu de la chance, me disait Gainsbourg. Je suis passé au travers au moment où c'était la mode. Je passais pour un con, mais je m'en foutais. Aujourd'hui, ceux qui en prennent passent pour des abrutis... Bon, alors Patrick Bruel fait du sport, ne hante pas les boîtes parisiennes, ne fume pas, ne se drogue pas et veut se «caser». Et ses vices? L'alcool peutêtre...
    En été, pas trop. Mais c'est vrai qu'en hiver, je ne crache pas sûr les bouteilles de bon vin... (un cadavre de — bon— bordeaux traîne dans la loge).


    votre commentaire
  • VHSC, Super VHSC, 8 mm et High 8 mm. Tous proposés au standard Pal, ces appareils peuvent être exploités en liaison directe par câble, avec un téléviseur PalSecam, ou via un transcodeur (disponible en option) avec un téléviseur Secam. Si l'on entre dans les détails de cette panoplie en six volets, on découvre d'abord trois caméscopes «haut de gamme». Au format SVHSC, le 75 bénéficie d'un son hifi stéréo, d'un autofocus en continu, d'un zoom motorisé x 8, d'un effet Telephoto (doublement électronique de la focale), de la surimpression digitale de titres et de nombreux autres atouts de pointe. (Prix moyen : 10 000 francs). Le VS 8800, au standard High 8 mm, propose également un très haut niveau de prestation pour un poids de 1,2 kg. Il dispoSe d'un son hifi stéréo, d'un cap. teur CCD de 470 000 pixels (haute qualité de l'image), d'un programme d'optimisation des réglages avec quatre programmes (sport, portrait, ouverture, vitesse d'obturation), d'une position macro, d'un arrêt sur image et d'un ralenti image par image à la lecture, d'une surimpression digitale des titres, etc. Pour 11 000 francs, on a dans les mains un petit bijou de technologie qui a un seul défaut : on ne peut pas prêter la cassette aux copains s'ils n'ont qu'un magnétoscope VHS. C'est l'unique problème de ce format 8 mm par ailleurs très performant. Le consommateur qui cherche des appareils moins perfectionnés, plus légers et moins volumineux se tournera vers les deux modèles «de main» signés Grundig. Il s'agit d'abord du VSC 55 au format VHSC qui, avec ses 790 g et son look carré, s'inspire d'une nouvelle tendance ergonomique (prise en main). Simple et efficace, ce Tom Pouce a pour atout principal un stabilisateur d'image digitale. C'est une fonction plus qu'utile avec ces caméscopes rois de la légèreté. Le C 55, c'est également un obturateur électronique ultrarapide, un zoom motorisé x 6 avec position macro et tous les ingrédients, de l'autofocus à l'incrustation heuredate, désormais courants sur les appareils de ce niveau (Prix : 9 000 francs). Son alter ego au format 8 mm est le VS 8320, qui tient lui aussi parfaitement dans la main avec sa forme plus ronde et ses 690 g. Plus profilé et un peu plus cher (environ 7 000 francs), il a les mêmes fonctions que son cousin VHSC, mais ne bénéficie pas du stabilisateur d'image. C'est peutêtre les 100 g de moins ou le format 8 mm qui valent les 1 000 francs de plus. Nous ne sommes pas des commerçants... Vous ne serez pas déçus par les 330 lignes de définition, les 5 lux d'éclairement minimum et quelques autres qualités de base loin d'être négligeables. Nous en arrivons maintenant aux deux derniers modèles de cette gamme : le VSC 35, moyen de gamme au format VHSC, et le VS 8250, moyen de gamme au format 8 mm. Les caractéristiques techniques du C 35 permettent de mettre en valeur son capteur CCD 320 000 pixels, son zoom motorisé x 8, son autofocus digital, son viseurmoniteur 2/3, son micro directionnel, les fonctions «assemblage » et «editsearch» qui assurent une assistance précieuse au montage. Pour un prix très abordable, d'environ 6 000 francs.


    votre commentaire
  • Depuis presque trois ans, Jimmy Frachdn et la société BMJ Mygale Films proposent régulièrement les vidéocassettes de la meuse série anglai «Thunderbirds», qui en scène avec une vérité un soin du détail con dants des marionne animées. Le pari un fou, de sortir les 32 é des en autant de casse est tenu. Les quatre niers, inédits en Fra sont aujourd'hui dis bles au Virgin Mega au prix indicatif unitaire 129 francs. «Essais vol», «Perdus dans le sert», «Les imposteurs «Le rêve» mettent donc terme aux exploits de Sécurité internationa 1,2,3, ils sont partis!


    votre commentaire
  • • Le deuxième Festivalmarché international de' l'Audiovisuel jeunesse se tiendra du 3 au 6 septembre à Monaco.
    • ParisCité (concours international des technologies de la création) organise un salon du 18 au 21 octobre dans la Grande Halle de la Villette à Paris.
    • Le treizième Festival international du Cinéma mé. diterranéen aura lieu du 25: octobre au 3 novembre 1991 à Montpellier.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique